La Martinique 2019

La Martinique

La Martinique 2019

Voilà maintenant 2 mois que nous naviguons dans les Antilles : Trinidad, Tobago, Union, Les Grenadines, Sainte Lucie et maintenant la Martinique

Anse d’Arlet

Nous avons embarqué Benjamin à Sainte Lucie.

Benjamin travaille chez Outremer et après une magnifique traversée de l’Atlantique sur le catamaran Biotrek (Outremer 5X) de nos amis Lisa et Pierre, Benjamin retourne en Métropole.

Bye Bye Benjamin et bon retour sur Terre 🙋‍♀️

Comme de coutume, nous faisons notre entrée en Martinique.

Nous profitons de ces quelques jours en Martinique pour aller rendre visite à la soeur de Domi, Françoise qui est venue passer quelques jours en Martinique avec son mari et des amis loin du froid de la Métropole.

La famille est souvent l’élément qui nous manque le plus… 

Viendra ensuite notre fille Alizé et notre petite fille James arrivées tout droit de Saint Martin.

Après ces quelques jours passées sur cette magnifique île, il est temps de rentrer à la maison.

De gauche à droite : François, Domi, Erick, Will et moi

Nous aimons embarquer les copains à bord : Erick, Will et François sont de ce voyage.

J’ai pour habitude de tenir ce blog (pas toujours dans les temps…..) et surtout de faire participer mes amis à son écriture.

François aura cette lourde tache 😉

Mais avant tout permettez moi de vous le présenter en quelques mots.

François Delaporte

François Delaporte

Nous avons rencontré François sur l’ile de Saint Martin grâce à WILL il y a maintenant quelques années.

Marié à Laurence, ils ont 3 magnifiques enfants : Margaux, Benoit et Colline.

François est un sportif accompli et hors pair : Kite surfer, surfer mais surtout fervent adepte de Half Iron Man : Puerto Rico 5 fois – St Croix – Cyracuse (New York) – Tempe Arizona (Full Iron Man – et Nice le plus beau dixit François !

François est une personne discrète, sensible et très serviable.

Nous sommes heureux de le compter parmi nos amis.

Je vous laisse le plaisir de lire ce texte agrémenté de quelques photos écrit sous la plume (ou plutôt le clavier 😉) de François.

De gauche à droite : Margaux – Coline – Benoit – Laurence et Francois

Partir pour revenir mieux,

Week-end de mi-décembre, l’avion laisse derrière lui St Martin en plein conflit lié à l’adoption du PPRN. Ambiance.

Fort de France : Mapie nous accueille en nous affublant (Erick WILL et moi-même)  du surnom : « mousquetons ». Contraction involontaire de Mousquetaire et Moussaillon ?

Idéal pour s’accrocher !

Les verts et reliefs de la Martinique défilent, Anse d’Arlet, POM III et ses 60 pieds sont là.

Le site, le bateau, tout est splendide !

Une bière locale plus tard, Cap’tain Dom casque audio micro sur la tête largue les amarres. Un Ri dans la grand voile,  génois, nous voilà parti pour un bord de 300 miles plus ou moins travers avec des prévisions entre 10 et 20 nœuds. Y’a pire !

Les paris ont été pris sur l’heure d’arrivée estimée. La grand voile libérée de son ri, les premiers miles sous le vent de l’ile défilent, vite, le Rapala de la traine ressemble plus à Flying Fish… pas près de manger du poisson frais !

La Martinique a laissé place à la Dominique, tout aussi belle et verdoyante, le temps passant nous rapprochant de l’apéro, l’occasion d’un Ti Punch façon Eric … waouh ! Ti boudin créole, locale oblige, plus tard, préparatifs pour la nuit à venir : les quarts,  trinquette en lieu et place du génois, de nouveau un ri, le vent est frais dans les canaux !

L’arrivé de la lune, pleine et lumineuse, nous aura rendu la nuit plus facile, sans avoir été épargné, pour autant, par un beau grain bien humide. POM III sous pilot lof, abat sur chaque train de houle, ça tape, craque,  résonne, … ça avionne ! Le speedo régulièrement au dessus de 15 nœuds avec des pointes à 18 ! Impressionnant 

Pas évident de dormir dans ces conditions, sauf peut être pour Eric, deuxième effet du Ti Punch ? les étoiles, une multitude, la lune et les lumières des villes nous permettent de deviner la cote sous le vent de la Guadeloupe, le vent reste soutenu et le sifflement de la bouilloire laissera même penser l’espace d’un instant à un coup de grand frais… petit stress.  Cap’tain Dom à la barre, à la carte,  gére. Une molle, calme plat, les voiles faseillent, petit intermède moteur le temps de sortir de la zone sous le vent du haut relief Guadeloupéen, c’est reparti.

Will et Erick en plein effort….Ou effet du Ti Punch 😂

Mon estomac n’a pas aimé….

La nuit fut longue, le soleil a attendu Montserrat pour éclaircir de nouveau l’horizon.

Eric n’a pas vu Karukera, mais était bien présent Redonda en vu. Caillou abrupte, gros, sorti de nul part. S’en suivi une discution improbable sur une éventuelle exploitation minière ayant pu avoir lieu sur cette ile lors des siècles passés. Jumelle à l’appui, mon scepticisme n’a  pas mis à mal les convictions d’Eric. J’étais pourtant persuadé que l’histoire en question sortait tout droit de sa nuit « enb Rhum ée ». Apres  vérification, merci Wiki, le bougre avait raison !

Nous sommes plus septique concernant sa théorie, voir ci dessous, épisode des fous de Montserrat, comme quoi, accrochez vous, (d’où l’intérêt du mousqueton), pour faciliter l’exploitation des phosphates résultants de l’accumulation  des fientes d’oiseaux marins, ressource exploitée sur la dite Redonda, ceux ci auraient été éduqués afin de déféquer directement sur les embarcations. POM III aurait donc fait les frais d’une modification comportementale de la faune volante locale. Comprenne qui peuvent, troisième effet Ti Punch ?

Conversation désopilante, sur réaliste, entre coupée de blagues Desprogiennes, de cap’tain Dom, le tout reflétant bien l’état d’esprit de « la croisière s’amuse » ! Y’a pire !

Depuis Montserrat, donc, un puis deux, puis… fous nous accompagnent, gobant au passage les Flying Fish qui trouvaient malin de sauter devant les étraves. Spectacle étonnant,  de les voir nous les renvoyer sous forme de fientes sur le pont de POM III qui n’avait rien demandé. Les dit Fous nous ont escorté tout le long de la remonté, au vent de Nevis, St Kitts. Le tout toujours à vive allure sous pilot, un ri dans la grand voile et génois dans une mère formée qui aura eu raison de quelques estomacs.

La vue de St Barth à l’horizon aura annoncé l’épilogue de cette remonté, les performances, étonnantes pour un néophyte de mon espèce, et le confort du bateau nous aurons conquis lors de ce périple riche en images souvenirs et émotions. Les temps annoncés au départ furent très proches du chrono réalisé, moyenne impressionnante !

L’arrivée sous Pinel, home sweet home, fut une formalité. Le Gin Lime n’a pas remis en place l’estomac de Mapie mais le verre au Karibuni fut apprécié.

Un lift avec l’annexe et St Martin, la maison,… la tête encore sur l’eau à 15 nœuds au surf dans la houle, la vitesse, les étoiles, les panoramas, tout quoi . Inoubliable.

Partir pour revenir Mieux.

François

Erick et Domi…..toujours en plein effort !

Will aux commandes pendant que le capitaine se repose

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.