La Traversée de l'Atlantique

LA TRAVERSEE DE GIBRALTAR A

LA GRANDE MOTTE

 

Voyager est fatal 

aux préjugés,

à l’intolerance et 

à l’étroitesse d’esprit

– Mark Twain – 

Nous voilà repartis pour notre dernière traversée : Gibraltar – La Grande Motte

Nous sommes très heureux de faire cette dernière partie de notre traversée tous les 4 ensemble.

Merci à toi Nico pour ta gentillesse, ta bienveillance et ton professionnalisme.

Merci Bernard pour toutes ces belles histoires de navigation racontées avec humour et toutes ces belles discussions que nous avons eu entre deux quarts…

Nous t’avons rencontrés Domi et moi à Saint Martin pendant la Cata Cup à St Barthelemy et nous t’avons découvert durant cette navigation.

Et pour terminer ce chapitre, merci à mon Capitaine de mari pour sa force et son courage à toute épreuve.

 

28° JOUR :

MARDI 2 juin 2020

NICO

Réveil 6h, départ de GIB dans la pétolle !

 

Nous y sommes les portes de la méditerranée s’ouvrent devant nous.

 

Bernard et Nco aux manœuvres

 

Le capitaine à la barre

Il s’est coupé les cheveux…..il a froid !

Il y a beaucoup de cargos et autres pétroliers en attente devant le caillou de Gibraltar, nous faisons route au moteur, très vite un leurre est jeté à l’eau, ils nous reste encore une chance……..

Les cargos….y en a de toutes les couleurs et de toutes les grosseurs

L’observation du rocher de GIB, montre des vestiges du passé, canons, bunkers et autres bâtiments militaire, heureusement l’époque de la guerre est derrière nous.

Là devant ! la MED, la grande bleu, pas un souffle d’air, une mer d’huile.

Nos deux amis VOL et VO, propulsent le bateau dans l’attente.

Demain normalement le retour du vent.

Chacun à son poste….

Très vite les dauphins viennent jouer avec les étraves, un peu plus tard les Globicéphales pointent leurs nez tout rond et dansent devant le bateau.

Les dauphins

Les globicéphales

 

Mon pain du jour

Plutôt dans la matinée, je profite d’un moment de repos de MAPIE pour lui faire une petite blague, elle attend depuis nôtre départ que son arbre de vie pousse……… Je plante des tiges de câpres dans le pot pour déconner …

Mon arbre de vie……avec des tiges de câpres……

Après-midi dans le calme, sieste et farniente, les grands enfants s’amusent dans la bôme.

 

Domi met une deuxième canne à pêche à l’eau, nous mettons toutes les chances de nôtre côté …

Bilan de la pêche, deux touches, deux départs,  mais rien dans la besace.

 

Retour bredouille de Marlène et Jean….

La journée, se termine par un succulent repas et un couché de soleil magnifique.

29° JOUR :

MERCREDI 3 JUIN

DOMI

Première nuit de navigation depuis le départ de Gibraltar , les quarts ont été répartis et je suis de fin de nuit de 4H à 6H .

Ma première nuit de navigation est perturbée par des moustiques que l’on a embarqué à la marina et qui m’aiment très fort.

Me voilà partis pour un safari qui j’espère me permettra de trouver le sommeil.

Nous sommes au moteur car le vent est prévu à partir du Cabo De Gata vers 8h du matin.

Merci Netflix de nous permettre de passer les quarts au moteur en regardant un bon film.

Les premières têtes apparaissent vers 7H30 et le petit déjeuner et décalé afin de pouvoir envoyer la GV et le spi .

 

Installation du Spi

Puis de l’hydrogénarateur

Bernard aux écoutes de spi toujours de bonne humeur

Nico

Et Domi aussi !

 

Le winch électrique fait des siennes

3999 MN depuis notre départ de Saint Martin le 6 mai….et ce n’est pas fini !

Enfin le calme, le bateau glisse sur une mer lisse entre 6 et 8 nœuds et le voilier que nous avions en ligne de mire est avalé en une heure .

L’avantage du cata c’est que tout le monde peut déjeuner assis sans crainte de voir son café terminer sur ses genoux.

Déjeuner au calme

Le vent rentre progressivement et la moyenne augmente, toujours sans électronique on estime le vent réel entre 15 et 20 nœuds .

Si ce n’est pas le paradis cela y ressemble car le bateau ne descend pas en dessous des 10 nœuds  sur une mer toute plate.

Un premier empannage pour nous recaler et nous dégager de la côte pour aller chercher le vent, d’après la météo doit forcir vers le large.

Effectivement plus on s’éloigne et plus la mer se forme et le vent rentre.

Nous voilà partis pour des surfs entre 15 et 20 nœuds, le bateau tiré et stabilisé par le spi et les vagues qui nous accompagnent en faisant siffler les safrans.

Tout le monde a la banane car cela nous rapproche rapidement de l’arrivée.

La VHF Algérienne  annonce un avis de coup de vent et cela se confirme sur le terrain, On rentre le spi pour envoyer le gennaker et cela calme pour peu de temps les surfs du bateau.

On rentre le gennak, prise du premier ris et direction l’Espagne pour attaquer une nuit plus sereine car les conditions devenaient vraiment inconfortables .

En même temps que j’écris ces lignes en fin de journée le bateau continu à partir dans des surfs interminables  sur la houle qui est bien formée.

couché de soleil

 

30° JOUR :

JEUDI 4 JUIN

MAPIE

 8h30 je me réveille…. je suis patraque !

La nuit a été dur et j’ai un mal de tête terrible…..

Les garçons sont entrain de renvoyer les deux ris pris dans la nuit je me mets à mon poste à la drisse de GV et l’écoute de GV. En deux temps trois mouvements la GV est haute

Je retourne dans le carré prendre mon petit déjeuner.

Les garçons ont le visage fatigué. Surtout Domi qui a été réveillé par tout le monde cette nuit… Il n’a quasiment pas dormi…

La matinée sera très calme….

VOL et VO sont en route….

Bienvenue en Méditerranée….

Le vent arrive en force puis repart aussitôt….

Domi s’attèle au contrôle de la météo pendant que Nico et Bernard échangent sur leur nuit.

Bernard a lavé son linge ce matin. Il sèche à l’avant du bateau

Tout le monde est sur le pont à profiter du soleil et du calme…. 30 à 35 nœuds de vent sont annoncé par notre routeur et les cartes météo que Domi télécharge.

Crèmer son visage en bateau…..INDISPENSABLE !

Pour les repas j’aime bien consulter les garçons. Je leur propose un confit de canards aux lentilles ou bien des pâtes.

Vu le temps annoncé les pâtes seront les bienvenues

La cuisine

Nous passons tous à table et avons à peine  le temps de finir notre assiette que Bernard propose que l’on prenne le 1° ris….. Le 2° ris suivra de suite.

 

On pense avoir 25 à 30 nœuds de vent.

C’est difficile à dire chacun y va de ses petits astuces pour appréhender la force du vent ! Mais qui dit vrai !

Dans tous les cas on est tous d’accord sur les 25 nœuds.

Notre girouette étant en panne….. Les discussions vont bon train.

On rentre tous bien mouillés après avoir enlevé le Genak et l’avoir rangé à l’avant du bateau dans son coffre.

Tout ça avec une mer bien formé et des vagues qui passent par dessus le bateau

Nico et Domi partent à la sieste et moi je reste avec Bernard.

Dans l’après midi, les dauphins nous font un spectacle que je m’empresse de photographier et d’envoyer à ma fille et petit fille.

Le réseau est actif vite j’en profite.

J’en profite aussi pour appeler ma copine Marion à Saint Martin afin d’avoir des nouvelles.

Le confinement se débloque tout doucement. Ils vont rouvrir leur restaurant le Karibuni Pinel pour le week end de la fête des mères et leur lodge le « Karibuni Lodge » d’ici mi juin.

Pour les vols c’est plus compliqué. L’aéroport de Juliana ne prévoit pas de rouvrir avant début juillet…

J’ai une grande affection pour mon île et ses habitants.

On a eu IRMA en septembre 2017 ouragan terrible le plus fort jamais connu…L’île et ses habitants s’en sont relevés avec beaucoup de force et de courage.

Puis les gilets jaunes en Métropole qui ont bien mis à mal la saison touristique 2019/2020. Aucun container n’arrivait sur l’ile….

Puis le COVID…..

Il faut une sacré dose de caractère et de courage à tous ces restaurateurs, hôteliers, commerçants,…….pour se relever à chaque fois.

La distance me fait penser à vous tous avec beaucoup  d’émotion et je vous dis : « Bravo ! Bravo à vous tous mes amis pour votre volonté de toujours repartir, reconstruire, recommencer et tout cela avec force et courage »

Nos amis de Saint Martin

Je pars à la sieste. Je suis fatiguée….

17H je sors la tête de ma cabine et j’aperçois Nico qui me dit : « Viens Mapie. Regarde Palma de Mallorc tu peux faire une magnifique photo »

Palma de Mallorc

Bernard dort toujours et Domi regarde un film.

La fin d’après midi s’écoule doucement…..

On attend le vent…. qui devrait déjà être là…..

Je m’amuse à prendre les pieds de Nico et Bernard en photo car ils sont toujours pieds nus qu’il fasse chaud ou froid. Le capitaine garde les siens bien au chaud….

Une petite réussite !

Ce soir c’est apéro avec le Porto offert par Marie Diane et Christophe

Pourvu que cette nuit soit douce….

 

Pas de chance…..

Nous étions au niveau des Baléares quand…..Le capitaine nous réveille tous vers minuit….Tout le monde sur le pont

Comme à chaque fois, il nous fait un petit briefing avant de commencer la manoeuvre pour savoir qui fait quoi. Nous sommes 4 donc chacun à son poste

Domi au pied de mat pour prendre le ris. C’est lui le Chef d »orchestre et qui dit « qui fait quoi »

Nico à la barre

Bernard au 1° et 2° riz et rotation de mat

Et moi à la Driss de GV et écoute de GV

On commence par prendre 1 ris mais en très peu de temps le vent monte….Mais très vite Domi nous demande de passer au 2° ris.

Pour cela avec les voiles que nous avons nous sommes obligés de changer de bord. Nous sommes babord amur et nous sommes obligés de passer tribord amur

Nico, excellent équipier fait la manoeuvre de main de maitre

Et en deux temps trois mouvements nous voilà avec 2 ris dans la GV et trinquette. Nous sommes au près serré avec 30 noeuds de vent. On avance entre 14 et 17 noeuds…..

Le capitaine est heureux !

31° JOUR :

VENDREDI 5 JUIN

BERNARD

C’est l’heure de mon quart, nous naviguons fort en mode fuite sous GV réduite + Trinquette.
Le vent tourne doucement dans le bon sens, il adonne et notre route revient doucement à notre destination finale sans que la vitesse du bateau ne diminue.
Dans le reflet de la lune coté des Iles Baléares, je surprends le saut parfait d’un dauphin. Il bondit d’un flan de vague derrière à l’autre vague devant. Comment nage-t-il plus vite que nous qui avançons à 16 nœuds? Que c’est beau la nature !

Nos amis les dauphins


Du coup je m’installe dans la jupe de la coque et prends quelques photos de notre sillage fou éclairé par la pleine lune.

Nous tentons de nous approcher le plus que possible de la cote d’Espagne afin de passer au plus près du cap Creus. De là, si la Tramontane d’Est nous fait des misères, nous pourrons toujours abattre un peu sans compromettre notre objectif : La Grande Motte.

A l’approche du Cap Creus

 

Bye bye le Cap Creus…..A nous la Grande Motte !


Comme souvent en Méditerranée, le vent tombe aussi vite qu’il est monte, les moteurs prennent la relève toute la journée et le soir nous slalomons entre les bouées du Cap Creus aux moteurs.


Ce devrait être notre dernière nuit de navigation avant la destination, quelle surprise nous réserve la Tramontane dans le golfe du Lion ?

Photo prise dans la jupe tribord pendant la nuit. Nous naviguons à 17 noeuds de moyenne

 

 

32° JOUR :

SAMEDI 6 JUIN

NICO

Done job Done…

7H du matin la Grande Motte devant nous, après une nuit mouvementée, nous arrivons au bout de nôtre voyage ,

Réveil de l’équipage en douceur après une nuit sportive mais dans la joie et la bonne humeur

La Grande Motte

4556 milles nautique soit plus ou moins 8000 kms depuis le départ de St Martin le 6 mai 2020.

On range tout pour quelques mois le temps que POM III se fasse une petite beauté au chantier Outremer

Aujourd’hui le 6 juin 2020 , nous sommes accueillis par un agent du port de la Grande Motte, la nuit dernière nous nous sommes encore bien fait secoués, des pointes de vent à 30nds, nous avons navigués comme des diables depuis le cap CREUS aussi appelé le petit Horn dernier obstacle avant le ligne d’arrivée.

Dés nôtre arrivés en méditerrané, les journées furent calme mais les nuits plutôt agitées.

Aujourd’hui 6 juin 2020 c’est nôtre débarquement, à quai , nôtre premier visiteur fut le père de DOM avec des croissants et du pain frais, trop bon,,,

Il y a de l’excitation dans l’air, heureux d’être là mais après avoir vécu un mois dans un monde parallèle, il va falloir se recadrés à la réalité.

Arrivée à la Grande Motte

 

Bernard quitte le premier le bord, il y a de l’émotion en chacun de nous, c’est l’heure des au revoir, je reste avec MAPIE et DOM pour un déjeuner sur le port avec des amis puis après une rapide sieste au bateau, c’est à mon tour de dire au revoir à MAPIE et DOM.

Départ de Bernard avec son frère Henk 

Quelle belle aventure plus ou moins trente jours de Nav avec un bateau au top et un équipage plus que parfait .

A quand la prochaine….

Une belle aventure avec une belle équipe 

 

Nico, Bernard, Mapie et Domi

 

 

2 commentaires

  1. Bravo les amis et merci pour ces superbes photos.
    Heureux que vous soyez rentrés en pleine forme avec certainement plein de belles images et des moments inoubliables en tête.
    À bientôt et bises

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires